Sidebar

13
Jeu, Déc

Politique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
Déjà la veille, le 13 avril, les rumeurs du retour au Cameroun du couple présidentiel et de sa suite ont circulé dans la capitale camerounaise. Mais c’est finalement hier mercredi 14 avril 2010, en fin d’après-midi que le président de la République et son épouse ont regagné le Palais d’Etoudi. On se souvient  le chef de l’Etat a quitté Yaoundé dimanche 28 mars 2010. Outre son épouse, la délégation qui l’accompagnait était bien réduite. La seule personnalité importante du sérail qui faisait partie de ce voyage était le ministre chargé de missions à la présidence, et secrétaire général du comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais, le parti au pouvoir, René Emmanuel Sadi. Des sources bien introduites affirment que le chef de l’Etat a pris ses quartiers à  l’hôtel Intercontinental, situé dans une enclave cossue de la ville de Genève, aux bords du Lac Léman. Une institution hôtelière, que le président a pris l’habitude de fréquenter lors de ses séjours genevois.

En l’état actuel de nos enquêtes, il apparaît difficile de savoir avec exactitude ce que Paul Biya a dit sur l’affaire du poisson d’avril de notre confrère Mutations (qui annonçait que Sadi est candidat à la prochaine présidentielle, Ndlr) qui a secoué le landerneau politique camerounais. Divisant ainsi le parti au pouvoir de manière apparente en deux camps antagonistes. Toutefois, nos sources à Genève affirment que l’onde de choc de cette controverse serait parvenue aux oreilles du général Raymond Germanos, un des conseillers militaires et ami du président Biya, qui lui en aurait touché un mot, en fin de semaine dernière au président Paul Biya. Les mêmes sources affirment que le chef de l’Etat aurait tout simplement rigolé. Avant de saisir René Emmanuel Sadi en personne, « pour lui demander de ne pas s’en émouvoir outre mesure », pour reprendre un commentaire d’une source joint hier au téléphone.

Relifter l’image du Cameroun

Par contre, le séjour privé du président de la République révèle, à tort ou à raison, des tractations qui seraient menées en ce moment dans la suite du président pour polir l’image du Cameroun. C’est ainsi que nos sources affirment que  Patricia Balme, connue dans les milieux du pouvoir comme une conseillère en communication du président de la République,  Dominique Flaux, directeur de publication du journal Les Afriques, et un journaliste indépendant suisse dont l’identité ne nous pas été revelée, auraient été aperçus à l’hôtel Intercontinental de Genève. Ils auraient, selon leurs proches, été reçus par Paul Biya. Ils auraient été commis par l’entourage du président pour travailler sur le projet de l’amélioration de l’image de marque du Cameroun en Occident. La démarche principale consiste à rapprocher le pouvoir et la diaspora. Parmi les personnalités qui auraient défilé dans le centre hôtelier, on cite Jacques Verges qui y aurait été aperçu le 12 avril dernier. C’est l’avocat français dit, « des causes perdues » chargé du dossier des fonds camerounais détournés et dissimulés à l’étranger. Le dernier rebondissement de cette affaire faisait état de ce que l’avocat signalait que certaines personnalités accusées ou coupables de détournements n’avaient pas de comptes à l’étranger, comme l’avait du reste rapporté Le Messager.

C’est en gros un climat intense de labeur qui a donc ainsi prévalu dans la suite du président de la République. Même l’annonce, survenue mardi soir, de la condamnation de Raymond Germanos à dix mois de prison avec sursis et  un euro de dommage et intérêts à verser à trois associations constituées parties civiles n’a pas freiné le rythme de travail. L’ancien général était poursuivi devant le tribunal correctionnel de Paris pour détention de près de 3.000 images pédo-pornographiques entre 2004 et 2008. Toutes ces images avaient été téléchargées sur Internet. Au final, on imagine qu’avec le retour de Paul Biya au pays, l’actualité politique va certainement être mise en mouvement dans les prochaines semaines. Déjà la veille de son retour, un important mouvement de nominations a eu lieu au sein de la police nationale. Reste ainsi attendues, d’autres nominations, dont celle de la préfectorale où des postes sont vacants depuis les récentes nominations des gouverneurs des régions.

Jean François CHANNON avec Rodrigue N. TONGUE

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire