Sidebar

04
Mar, Aoû

Sport
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

La FIFA a modifié ce mercredi en fin d’après midi l’horaire de la rencontre du match retour Cameroun-Tunisie. Une situation qui arrive dans un grand pays du football, le Cameroun. Un pays qui compte parmi les meilleures stars du football mondial: Roger Milla, Kunde Emmanuel, les frères Biyik, Patrick Mboma, Rigobert Song, Antoine Bell, Eto’o Fils ... Ce pays de football qui a été quatre fois champion d’Afrique dont l’unique stade de la capitale manque d’éclairage. Les barrages hydro d’Edea, Lagdo et Songlolo pourtant produisent autant d’énergie pour alimenter tout le Cameroun. Et pourtant en 1982, on jouait dans ce même stade en nocturne.

Construit en 1972, le stade Ahmadou Ahidjo ne répond plus actuellement aux normes internationales. Même pour les non — initiés de l’architecture, un tour sur le plateau de Mfandena permet de réaliser que quelque chose doit être entrepris pour viabiliser cette structure qui a fait pendant des décennies la fierté des Camerounais.

Sans dresser une liste exhaustive des problèmes qui se posent depuis quelques temps dans ce stade, il y a lieu de signaler que contrairement à ce qui se passe ailleurs, le stade Ahmadou Ahidjo n’utilise pas des tourniquets qui limiteraient les transactions auxquelles s’adonnent à cœur joie les vendeurs de billets.

En dehors du problème de pelouse qui se pose avec acuité, d’autres grands travaux mériteraient d’être entrepris. On peut citer entre autres la réfection de la piste d’athlétisme, l’agrandissement des vestiaires, la construction des toilettes et la réhabilitation des gradins. Concrètement, il a été constaté que la piste d’athlétisme est dans un état de dégradation avancé. Au niveau de celle-ci, il y a des fissures ainsi que des dénivellations du tartan. Quant aux vestiaires, leur exiguïté ne leur permet plus de jouer pleinement leur rôle.

Autre préoccupation, les virages populaires communément dénommés "Shaba" mériteraient de bénéficier de toilettes. Ce n’est pas de gaîté de cœur qu’on voit des spectateurs uriner dans des bouteilles et à n’importe quel point du stade pendant les rencontres. En outre, tout usager averti du stade Ahmadou Ahidjo aurait constaté qu’il n’y a plus de tableau électronique. Et cette situation perdure depuis des décennies. Enfin, les gradins du stade sont actuellement dépassés. Dans des structures modernes, il est impensable que des gradins n’aient pas de sièges.

© Peter Kum : Cameroon-Info.Net

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire