Lun11242014

Last updateVen, 21 Nov 2014 2pm

Un élément du Bir tire sur un bus à Douala




Le Bataillon d’intervention rapide (Bir) a encore fait parler de lui dans la capitale économique. Cette fois-ci, ce sont les passagers de «Climatique», une agence de transport interurbain qui ont subi la fureur de ses éléments. Sébastien Djekeben, l’un des passagers de ce bus de transport qui revenait de Yaoundé, dimanche 15 août dernier aux environs de 2h, est actuellement interné en chirurgie à l’hôpital Laquintinie de Douala. Il a reçu une balle tirée par un élément du Bir.

«La nouvelle nous est parvenue au siège de l’agence à Yaoundé. Un de nos chauffeurs qui conduisait les passagers en partance pour Douala a été interpellé par un élément du Bir au niveau de Texaco aéroport. Selon nos informations, l’élément du Bir aurait interpellé le chauffeur parce qu’il venait de déposer un passager qui habite dans les environs», confie sous anonymat un chauffeur de cette agence de voyage rencontré au lieu-dit Terminus Saint Michel, lieu de chargement de cette agence de voyage.

 

«Le chauffeur du bus mitraillé qui agissait ainsi dans l’illégalité a néanmoins reconnu son erreur et se serait excusé auprès du militaire l’élément», poursuit le chauffeur rencontré. Mais au moment où le chauffeur de la Coaster, immatriculée Ou 995Ab s’apprêtait à s’engouffrer dans son véhicule, il entendit des coups de feu. C’est alors qu’il découvre qu’un élément du Bataillon d’intervention rapide armé, tire sur le bus de transport. C’est la panique totale. Certains passagers abandonnant leurs colis, sortent du véhicule et entament une course folle vers des destinations inconnues.

Malheureusement pour Sébastien Djekeben, il va recevoir une balle. Il va être immédiatement admis aux urgences de l’hôpital Laquintinie. Le bus a quant à lui été conduit à la brigade de gendarmerie de Nylon par des éléments de cette unité de la gendarmerie.

La liste des exactions des éléments du Bir vient ainsi s’allonger. On se rappelle que ces derniers s’en sont ont violement pris aux populations à Limbé et à Nkongmondo à Douala. Des étudiants de l’université de Yaoundé II-Soa ont aussi été victimes de leurs actes. Il y a quelques jours à Douala, un militaire de ce corps d’élite a été abattu par des policiers à Douala, alors qu’il venait d’extorquer de l’argent à un individu au quartier Song Mahop.

© Mutations : Sandrine Tonlio



  • Aucun commentaire sur cet article.

Ajouter votre commentaire

Ecrire un commentaire en tant qu'invité

0 / 700 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 6 et 700 caractères