Sidebar

13
Lun, Juil

International
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Air France retenu comme partenaire stratégique de la compagnie sous-régionale. 
La compagnie sous-régionale de transport aérien dispose désormais de presque tous les leviers pour son décollage, annoncé pour janvier 2013. Le constat a été établi samedi dernier dans la capitale congolaise, Brazzaville, au terme d'une assemblée générale ayant réuni les ministres en charge de l'Aviation civile de l’Afrique centrale. Le sommet des chefs d’Etat des pays membres (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée Equatoriale et Tchad) de la Communauté des Etats de l’Afrique centrale (Cemac), prévu fin juillet dans la même ville, devra procéder à la validation des conclusions du comité ad hoc qui avait été mis sur pied à cet effet. 

Les travaux de Brazzaville ont abouti à la signature d’une convention avec Air France, qui, à hauteur de 34% du capital, devient le partenaire technique et stratégique pour l’envol effectif de la compagnie, après les rétractions successives de South African Airways, Royal Air Maroc et Brussels Airlines, qui étaient également sur les rangs depuis des années. «Les travaux des experts des deux compagnies partenaires ont conclu à ce qu'Air Cemac, dont le logo a déjà été conçu et adopté, soit aujourd'hui viable du point de vue économique, industriel, politique et social», a expliqué le ministre congolais des Transports et de l'Aviation civile, Isidore Mvouba. 

Dans la foulée, apprend-on, tous les Etats membres, en dehors de la République centrafricaine qui doit encore verser 750 millions de francs Cfa en complément de sa participation, se sont déjà acquittés de leur contribution de l’ordre de 3,5 milliards de Fcfa au processus de décollage. L’apport de la Banque de développement des Etats de l'Afrique centrale (Bdeac), d’un montant de 10 milliards de francs Cfa, reste également attendu. 

La réunion de Brazzaville, qui a désigné cette ville pour abriter le siège de Air Cemac, a aussi permis de mettre un terme au jeu d’ombres que se livraient le Cameroun et le Congo sur le sujet. Alors que des études pertinentes avaient retenu Douala, la matérialisation de cet aggiornamento se heurtera à la bataille d’ego entre décideurs camerounais. Saisissant la balle au bond, Denis Sassou N’Guesso aura été le plus concret en offrant un bâtiment flambant neuf à la nouvelle compagnie, dont il ne manque plus que le mobilier et le matériel informatique. 

En 2007, le 8ème sommet des chefs d’Etat de la Cemac avait donné des instructions à la Commission y dédiée afin de rechercher les moyens nécessaires en vue du lancement de la compagnie. Il s’agissait notamment de lui trouver notamment un partenaire crédible. En novembre 2010 à Brazzaville, l’organisation et South African Airways signaient un mémorandum pour la mise en place de la compagnie de transport d’intérêt sous-régional. Un engagement qui, comme beaucoup d’autres, a fini dans les trous d’air de la bureaucratie, des égoïsmes nationaux et des tergiversations.

Félix C. Ebolé Bola | Mutations

Overall Rating (0)

0 out of 5 stars
  • Aucun commentaire trouvé
Ajouter un commentaire